Archive

Posts Tagged ‘innovation’

Comment créer un roman 2.0

Dévouvrez les dessous du Roman d’Arnaud et partagez avec nous une nouvelle expérience de lecture numérique. Début des festivités numériques le 31 octobre 2009.

TOUT SAVOIR SUR LE ROMAN D’ARNAUD

Google améliore ses méthodes de numérisation des livres

captcha_bannerGoogle vient d’annoncer le rachat de reCAPTCHA, une entreprise qui offre des services de protection contre le pollupostage grâce aux fameuses images distordues. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé.

Google justifie cette nouvelle acquisition en expliquant vouloir utiliser les techniques de cette entreprise pour protéger ses sites contre le pollupostage et les activités frauduleuses mais surtout pour améliorer ses méthodes de numérisation de livres (Google Books) et de journaux.

Grâce à son procédé d’images de mots déformés, reCAPTCHA protège prés de 100.000 sites Web.

Source: branchez-vous.com

Premières assises internationales du livre électronique

10 septembre 2009 3 commentaires

Image 2À l’heure où certains États américains prennent la décision de délaisser les manuels scolaires au profit des livres et du papier électroniques, l’Université du Québec à Montréal accueillera, les 30 septembre et 1er octobre, le premier salon professionnel au Canada à explorer la question de cette transition dans le secteur de l’édition comme dans celui de la presse, de l’affichage ou du cellulaire/portable et des médias, en compagnie de spécialistes universitaires et de professionnels. L’événement, qui aura lieu au foyer de la salle Marie-Gérin-Lajoie du pavillon Judith-Jasmin (J-M400), 405, rue Sainte-Catherine Est, est organisé par la société EPC@partners, dont le fondateur, Éric Le Ray, est chercheur associé au Laboratoire de communautique appliquée de l’UQAM.

Ce salon professionnel sera présenté sous forme de kiosques, de tables rondes et de conférences individuelles. Les organisations ou sociétés qui souhaitent devenir partenaires de l’événement peuvent le faire. Un grand nombre de partenaires sont déjà inscrits au salon où ils présenteront leurs produits ou leurs services et rencontreront les visiteurs. La révolution de la numérisation, des supports interactifs, du papier et du livre électronique sera mise à la portée des participants.

Voici quelques-uns des partenaires déjà impliqués : la Chaire en droit de la sécurité et des affaires électroniques de l’Université de Montréal, la Chaire UNESCO-BELL en communication et développement international à l’UQAM, la Corporation des bibliothécaires du Québec, De Marque, l’ANEL, Druide, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, la Fondation Paul Gérin-Lajoie, Les Presses de l’Université du Québec, les PUM et les PUL, Lien multimédia, Rue Frontenac (CSN), Telbec, Transmédia-Transcontinental, Xerox.

Archambault montrera son nouveau site internet JeLis.ca qui apparaît déjà, au moment de son lancement, comme le principal site Internet francophone d’Amérique du Nord avec ses 20 000 titres en ligne, et 50 000 prévus pour la fin de l’année. Sony présentera ses nouveaux lecteurs PRS 300 et PRS 600, Bookeen fera connaître son lecteur Opus alors que Nemoptic parlera de son prochain lecteur Sylen à cristaux liquides.

Prix remis pendant le salon
À l’occasion du salon, pour encourager l’innovation, seront remis, suite à un sondage parmi les visiteurs, trois prix de l’innovation :

  • un prix du meilleur lecteur électronique intelligent;
  • un prix du meilleur logiciel;
  • un prix de la société qui offre la meilleure solution numérique intelligente pour l’industrie de la presse, de l’édition et des médias.

POUR CONSULTER LE PROGRAMME

Un lecteur de livrel à moins de 200 $

8 septembre 2009 1 commentaire
Asus, le fabricant du netbook EeePc veut casser les prix sur le marché des lecteurs de livrel

Asus, le fabricant du netbook EeePc veut casser les prix sur le marché des lecteurs de livrel

La nouvelle semble vouloir se confirmer. D’après un récent article paru sur le site mobinaute, Asus, le fabricant taïwanais des netbooks EeePC a bel et bien l’intention de lancer sur le marché un lecteur de livres électroniques à prix cassé.

Asus mettrait donc sur le marché 2 types de lecteur : un haut de gamme à deux écrans et un autre doté d’un écran de 5 à 6 pouces exploitant de l’encre électronique, autrement dit, ne consommant de l’énergie que lorsque les pages sont rafraîchies. Le prix de ce lecteur ne devrait pas dépasser les 110 euros (170 $). À titre d’information, actuellement, les lecteurs d’entrée de gamme se détaillent autour de 200 euros (350 $)

LIRE L’ARTICLE AU COMPLET

Gwen Catala : « le numérique déchaîne le débat et les passions »

images-22Dans le cadre de notre série d’entrevues sur le thème « J’ai publié en numérique », Gwen Catala, auteur de L’indécis, un ouvrage directement édité en numérique par Pe Soft, nous parle de son expérience électronique. Avec lui, nous évoquons l’avenir de l’édition, les avantages et les inconvénients du livre électronique, les contraintes d’écriture, la relation de travail entre les auteurs et les éditeurs, l’utilisation des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter comme nouvel outil de promotion

Pouvez-vous nous présenter en quelques lignes votre parcours d’auteur et les œuvres majeures que vous avez publiées jusqu’à présent ?

La littérature et l’écriture se sont imposées à moi tardivement. Mais comme nombres de trentenaires, je suis un enfant de la télévision et du cinéma. Et c’est ce goût du visuel qui, non content de m’avoir bercé, m’a fait franchir le cap en 2005. Aussi, après m’être essayé à la communication, au marketing et même à la production de court-métrage, je me suis jeté corps et âme dans cette passionnante aventure. J’ai publié ma première nouvelle Malédiction… Le jour où je suis mort aux éditions Le Manuscrit. Puis, j’ai écrit une dizaine de courts métrages avant de me lancer dans l’écriture de mon premier roman. Lire la suite…

C’est quoi un écran électrophorétique ?

27 juillet 2009 1 commentaire
Le papier électronique développé par PVI est ultra fin et flexible

Le papier électronique développé par PVI est ultra fin et flexible

Le mot est quelque peu barbare, mais ce type d’écran risque de se généraliser sur les nouvelles générations de lecteurs numériques. Cet écran e-paper, ultra fin et qui est presque flexible comme une couverture de magazine est développé par la société PVI. Son PDG vient d’annoncer une augmentation des commandes.

À l’instar de Epson qui développe également ce même type de papier, La société PVI (Prime View International) travaille sur le développement de ce procédé de papier électronique. 3 écrans flexibles de 1,9 à 9,7 pouces sont actuellement mis au point. PVI utilise la méthode de l’électrophorèse pour leur fabrication.

Comment ça marche ?

Le papier électronique développé par Epson

Le papier électronique développé par Epson

La méthode s’appuie sur le déplacement des ions sous l’impulsion d’un champ électrique. Le déplacement par magnétisme des particules noirs et blanches permet de créer des images. Le papier électronique de PVI présente l’avantage d’être ultra fin et d’être flexible. Cette flexibilité donne la sensation de tenir un magazine papier entre les mains. Par ailleurs, il a également l’avantage d’être très peu gourmand en électricité.

Sur nos lecteurs demain ?

Récemment, le pdg de PVI annonçait, que compte tenu de la croissance du marché des lecteurs numériques, il devrait livrer deux à trois fois plus d’appareils équipés de cet écran flexible au cours de la seconde moitié de l’année 2009 par rapport à l’année dernière. Cette annonce laisse penser qu’une nouvelle génération de lecteurs numériques devrait être commercialisée, notamment, par des marques comme Sony s’apprête à lancer un nouveau reader.

Et si l’e-book ressemblait à un vrai livre ?

22 juillet 2009 1 commentaire

Regardez ce court métrage de fiction produit par la direction de la communication du groupe d’édition Éditis. Même s’il s’agit d’une fiction sur ce que pourrait être le livre demain avec une vision quasi idyllique sur le livre électronique et son application au quotidien, le visionnement de ce court métrage fait réfléchir