Archive

Posts Tagged ‘Google’

Ces chroniqueurs qui « démonisent » systématiquement le livre électronique

14 février 2010 1 commentaire

Ce post fait écho à l’excellent article de Serge-André Guay, le président de la Fondation Littéraire Fleur de Lys au Québec, qui dénonce d’une certaine façon ces chroniqueurs de la presse traditionnelle qui ne peuvent parler de la numérisation du livre sans se sentir obligé de faire de la démagogie. Ces « chroniques » aux titre souvent évocateurs – « qui a peur du numérique » ou encore « le livre papier versus le livre numérique » – sont-elles vraiment constructives et alimentent-elles le débat dans le bon sens.

Serge André-Guay, président de la Fondation littéraire Fleur de Lys

Serge-André Guay, dans son post paru le 4 février, ne reproche pas à ces chroniqueurs papier de s’inquiéter de l’avenir de la lecture au sein de la population mais souligne le fait qu’il n’est peut-être pas nécessaire de « situer cette inquiétude pour la lecture dans le contexte du livre papier opposé au livre électronique ».

Systématiquement, sans doute pour rallier à eux le plus grand nombre de lecteurs, ces chroniqueurs préfèrent tomber dans un débat « sensationnaliste » et se raccrochent à des croyances, n’ont de cesse que de montrer du doigt le boulimique Google dans sa course à la numérisation, parlent de cet attachement extraordinaire au toucher du papier, à l’odeur du livre, au confort de lecture qu’est censé procurer le livre papier. La plupart du temps, ces « chroniqueurs » n’ont jamais tenu entre leurs mains un lecteur de livres électroniques. S’ils l’avaient fait, ils réviseraient sans doute leur opinion.

D’autre part, je reprocherais à ces « chroniqueurs » de ne jamais mentionner dans leur analyse le fait que les générations qui arrivent, et en particulier la génération Y, est une génération de la culture de l’écran – et je ne parle pas du bientôt dépassé écran de télévision avec des contenus qui ne visent que la génération des baby-boomers, le web télé sera la prochaine véritable révolution télévisuelle au grand dam des chaînes généralistes – autrement dit, une génération qui n’a pas du tout le même attachement que nous au papier. Que ces chroniqueurs le veuillent ou non, la numérisation du livre est belle et bien en marche. Quand l’un de ses chroniqueurs affirme – sans doute à court d’argument –  que le seul avantage du livre électronique est de lire dans le noir, je trouve ça vraiment réducteur et presque une insulte pour celles et ceux qui aiment la littérature et lire sur des lecteurs de livres électroniques.

Il me semble que ces « chroniqueurs » à la plume influente mais peu objective devraient plutôt concentrer toute leur énergie à promouvoir le goût de la lecture en règle générale dans un contexte où les gens lisent de moins en moins plutôt que de tenter de diviser et de prétendre, d’une certaine façon, qu’il n’y a qu’une seule façon d’aimer la lecture et le livre, soit uniquement sur un support papier.

Je vous recommande vivement la lecture du post de Serge-André Guay ICI

Rappel: si vous aimez la lecture, découvrez LesTraceursdeTout.com, le premier blog de critiques littéraires de livres numériques au contenu inédit

Google améliore ses méthodes de numérisation des livres

captcha_bannerGoogle vient d’annoncer le rachat de reCAPTCHA, une entreprise qui offre des services de protection contre le pollupostage grâce aux fameuses images distordues. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé.

Google justifie cette nouvelle acquisition en expliquant vouloir utiliser les techniques de cette entreprise pour protéger ses sites contre le pollupostage et les activités frauduleuses mais surtout pour améliorer ses méthodes de numérisation de livres (Google Books) et de journaux.

Grâce à son procédé d’images de mots déformés, reCAPTCHA protège prés de 100.000 sites Web.

Source: branchez-vous.com

Google a faim de livres numériques ! oui, mais…

AP20700737_000001Google n’y va pas avec le dos de la cuillère est affiche clairement ses intentions : créer la plus grande bibliothèque du monde via son service de recherche de livres en se lançant dans un vaste projet de numérisation. Sauf que Google est moins gentil que l’ogre Shreck et il faut parfois freiner ses grands élans de grandeur.

LeMonde.fr rappelle dans un article paru tout récemment que Google a déjà obtenu l’accord des auteurs et éditeurs Américains pour vendre des livres numérisés en cours de distribution en reversant 63 % des bénéfices aux ayants droits. En Europe, les choses se compliquent un peu. Le moteur de recherche s’est fait renvoyer dans les cordes et a du faire une première concession : il ne pourra pas vendre des livres  numérisés aux États-Unis toujours distribué en Europe sans « l’autorisation expresse des ayants droits ».

LIRE L’ARTICLE AU COMPLET

Dans le bac à sable de l’édition numérique, deux géants se jettent du sable dans les yeux

Google et Amazon, le choc de deux Titans ! L’enjeu : les droits d’auteur. Les deux géants se jettent du sable dans les yeux, dans le bac à sable de l’édition numérique et chacun tente d’imposer sa suprématie. Et les auteurs dans tout ça, devront-ils se contenter de regarder le combat ou pourront-ils l’arbitrer ?

LIRE L’ARTICLE SUR ACTUALITTE.COM