Accueil > Général, Opinions, réseaux sociaux > Ce que les réseaux (sociaux) font à la littérature

Ce que les réseaux (sociaux) font à la littérature

Alexandre Gefen, chercheur à l’Université de Bordeaux cite en référence l’expérience d’écriture  2.0 du Roman d’Arnaud dans son article scientifique intitulé « Ce que les réseaux font à la littérature; réseaux sociaux, microblogging et création« 

Autant vous avertir tout de suite, la lecture de cet article long de 16 pages au format pdf est ardue mais elle vaut vraiment la peine. Pour faire simple, le chercheur s’est intéressé à l’écriture, au sens littéraire du terme, sur les réseaux sociaux et en particulier sur les blogs, bouleversant, au passage quelques idées préconçues . Il affirme, entre autres, que  » bloguer serait d’abord un acte social, directement ou indirectement performatif qui, de fait, ne s’inscrit que difficilement dans les critères définitoires de la « littérature littéraire » ».

Plus loin, dans son analyse, il aborde les expériences d’écriture, notamment sur Twitter et Facebook. Voici un extrait :

On retrouvera également sur Twitter des formes variées de romans-feuilletons usant de la publication différée pour créer du suspens : Thomas Drimm de Didier van Cauwelaert ou encore Le Roman d’Arnaud, qui se veut un « roman 2.0 » en reprenant le sobriquet par lequel le web social se trouve souvent affublé et propose le dispositif suivant : trois auteurs, Gwen Catala, Christophe Sanchez et moi-même, blogueurs impénitents, auteurs convaincus que la lecture numérique va nous inciter à créer de nouvelles façons de raconter des histoires, vont se relayer pendant 40 jours et 40 nuits pour écrire un roman sur une page de fan Facebook et sur Twitter. 6 à 8 fois par jour, à des heures régulières, les statuts de la page du Roman d’Arnaud vont être mis à jour. Chaque auteur disposera de 420 caractères par statut pour faire évoluer l’histoire. Les lecteurs/fans pourront soit lire à heure fixe les mises à jour ou lire tout d’un seul trait à la fin de la journée. Ils pourront faire évoluer l’histoire en inscrivant des commentaires. Nous vous réservons d’autres surprises tout au long de cette expérience numérique. Quoi qu’on pense de l’ambition du « roman 2.0 » à modifier des pratiques de lectures pluriséculaires et à répondre à nos besoins de narration, toutes ces expérimentations, parfois proches des installations artistiques de l’artcontemporain, se distinguent par le degré d’interaction qu’elles ménagent avec leurs utilisateurs, qui peut aller d’une publication signée et contrôlée à une écriture à plusieurs voix, en passant par le dialogue avec ce que Frédéric Clément nomme ses « souffleurs » ou encore l’insertion conditionnelle du discours d’autrui après un processus de vote.

Publicités
  1. 1 mars 2010 à 2:55

    Bonjour

    Dommage le lien en 404 – pour lire l’article complet.
    Mais je vais bien trouver cela sur le net.

    Les propos mon l’air un peu catégorique – pour une technologie aussi jeune et innovante.

    Mais bon 16 pages de lecture devrait m’en apprendre plus.

    Merci pour ce blog et les articles très enrichissant.

    Talents

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :